Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 22:32

En France, la sécurité publique demande constamment adaptation et rénovation. L’institution la plus touchée par ces ajustements est sans aucun doute la Police nationale. En effet, avec quelques 170 360 hommes et femmes qui la compose, elle doit protéger le pays contre la menace extérieure et le terrorisme. Elle doit maîtriser les flux migratoires, lutter contre l'immigration illégale, lutter contre la criminalité organisée, la grande délinquance et la drogue. Elle doit aussi assurer la sécurité des personnes, des biens, des institutions, et maintenir l'ordre public.

Pour assurer la sécurité des personnes et des biens et maintenir l’ordre public, la Police nationale a constamment fait l’objet de modifications doctrinales et organisationnelles. Le développement de la petite et de la moyenne délinquance multiforme et multiréitérante en est la principale cause. Avec le gouvernement Jospin et jusqu’en 2002, la Police nationale a expérimenté une doctrine d’emploi particulière ; la police de « proximité ». Cette « police » censée répondre aux préoccupations des français et permettre une baisse significative de la délinquance n’a pas totalement donné satisfaction. Pourquoi ? A-t-elle été mise en place trop rapidement ? Les policiers d’Etat étaient-ils prêts à accepter ce changement fondamental ? Ou était-elle réellement efficace ?

La police de « proximité » a été généralisée sur l’ensemble du territoire. Installée sans tenir compte de la population, des moyens, des cultures, des habitudes ni même des territoires, cette doctrine d’emploi, pourtant prometteuse, ne produisit pas les effets escomptés. En réalité, la délinquance s’enracina progressivement dans le pays sous la pression d’une économie souterraine fructueuse. En 2002, nous comptabilisions alors plus de 4 100 000 crimes et délits.

La première réaction des autorités après la chute du gouvernement Jospin, ne fut pas de supprimer la police de « proximité » mais plutôt de répondre à la délinquance par la mise en place de 29 Groupes d’Intervention Régionaux (GIR), de renforcer l’action des Douanes et d’adapter les lois et règlements sous l’angle de la répression. L’ambition était de reprendre chaque centimètre qui a été abandonné par l’Etat (SARKOZY, 2003). Dans le même temps, dans les quartiers, aucun « service après-vente » n’est mis en place pour suppléer l’absence de revenu qu’allait entraîner l’action de lutte contre cette économie souterraine. Rappelons que de très nombreuses familles vivent de cette activité criminogène. Toujours en 2002, à Toulouse, c’est d’un « claquement de doigts » qu’est supprimée la police de « proximité » au motif que le rôle de la police n’est pas de jouer les assistantes sociales. Les policiers nationaux font alors un retour rapide à l’investigation, à l’interpellation et au tout judiciaire. Aussi, les « évènements d’automne 2005 » ne sont-ils pas le fruit perceptible d’un « bras de fer » entre l’Etat et la criminalité organisée ? Certaines filières de drogue qui alimentent nos cités n’ont-elles pas été éprouvées voire annihilées par l’action des GIR ? Pourquoi subitement une explosion des vols avec violence ? Une réponse est peut-être à avancer : l’argent de l’économie souterraine manque, il faut donc d’autres sources rapides de revenus : les sacs à mains, les portables revendus immédiatement 10 € (RINGUET, 2007) !

De leur côté, les Polices municipales poursuivent progressivement une logique de « proximité » sans toutefois la conscientiser ni la conceptualiser réellement. Elles adoptent presqu’instinctivement la doctrine de police de « proximité » mais adaptée et à géométrie variable selon des exigences de temporalité, de territorialité et de délinquance conjoncturelle et structurelle. La police de « proximité » est-t-elle alors généralisable ? Ainsi, pourrions-nous nous interroger sur la variabilité de la police de « proximité » ? N’existe-t-il pas une échelle de « proximité » pour la police ? Néanmoins, l’analyse des effets conjugués de tous ces aspects a certainement amené Madame la Ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités Territoriales à indiquer qu’elle souhaitait dorénavant installer une police « localisée ». Cette fois-ci, la donne est totalement différente car nous passons d’une conception doctrinale de la police à une conception organisationnelle des forces de sécurité publique. Ainsi, nous parlerons de « polices adaptées » dont la doctrine est ajustable en fonction des périodes, des territoires et des infractions constatées. Dans ces conditions, les policiers municipaux seront-ils capables de jouer un rôle de premier plan au sein de cette nouvelle architecture sécuritaire ? Leur développement sera-t-il encouragé ou favorisé ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck DENION - dans Police
commenter cet article

commentaires

Présentation Du Site

  • : Inf@ PM
  • Inf@ PM
  • : Site d'information réservé aux professionnels de la sécurité intérieure
  • Contact

Ouvrages Pro...


Mis à jour en octobre 2008 !!




Seul dans sa catégorie, cet ouvrage permet aux agents de Police municipale de mieux aborder l'ensemble des problématiques liées aux services de Police municipale.
Par ailleurs, il constitue une aide précieuse pour un candidat souhaitant réussir le concours de Gardien de Police municipale, de Chef de service de Police municipale mais aussi celui de Directeur de Police municipale (Cat. A).
Pour en savoir plus, cliquez sur l'image !







Unique en son genre par son approche pragmatique et son accesibilité (Mise à jour annuelle et tarif préférentiel), cet ouvrage pratique sera rapidement l'outil insdispensable à l'Agent de Surveillance de la Voie Publique. Conçu pour tenir dans la poche, votre "Mémento Pratique de l'ASVP" deviendra, sans nul doute, un outil de référence.
Pour en savoir plus, cliquez sur l'image !